VECO en mouvement : d'une ONG belge à une organisation en réseau international

VECO en mouvement : d'une ONG belge à une organisation en réseau international

15/01/2017
Bernadette Ouattara
Bernadette Ouattara
Responsible Fundraising and Communication
+226 70 26 86 96

La maison Vredeseilanden / VECO est en cours de rénovation. Ce ne sont cependant pas nos bureaux qui sont en train d'être reconstruits, c'est notre organisation. A partir du 1er Janvier 2017 notre structure organisationnelle fera l'objet d'une complète refonte et nous deviendrons une organisation internationale.

Le monde a été profondément ébranlé au cours des dernières décennies. VECO a également beaucoup évolué alors que notre structure d'organisation globale est restée largement la même. Au cours de l'année écoulée, il est devenu évident que nous devons adapter nos méthodes de coopération entre nos collègues du monde entier et nos organisations partenaires, afin d'accroître la flexibilité, d'accroître notre impact et d'internationaliser nos perspectives. Dans ce contexte, notre [nouveau Conseil international] (https://www.veco-ngo.org/en/about-us/board) a nommé deux directeurs exécutifs, Chris Claes et Madeleine Tsimi, pour cette période de transition pour diriger VECO sur son chemin pour devenir une organisation efficace en réseau.

En ces temps complexes où les réalités ont tendance à changer plus rapidement que les organisations peuvent s'adapter, nous avons besoin d'expertise et de pouvoir de décision répartis sur les régions où nous sommes actifs. Aussi proche que possible de l'action. C'est la seule façon de comprendre et de s'adapter à ce qui se passe et de progresser pas à pas vers le futur dont nous rêvons.

Chris Claes co-director

Donner du pouvoir à notre personnel et à nos organisations partenaires dans le monde entier est une mission exigeante. Il est essentiel d'impliquer nos parties prenantes et de rendre compte de toutes nos actions afin d'avoir plus d'impact et d'entreprendre des interventions réellement durables. Pour le nouveau VECO, ce sera la clé.

Madeleine Tsimi co-director

Chris Claes a servi à ce jour en tant que conseiller stratégique au siège de VECO et Madeleine Tsimi est employée en tant que directrice régionale de notre programme en Afrique de l'Ouest. Cette co-direction représente une étape positive vers l'organisation apprenante que nous voulons être, et contribue à la création d'un véritable bureau international, composé de personnes travaillant dans différents bureaux régionaux.

Ce changement a été initié et entrepris pour quatre raisons:

1. Les défis mondiaux exigent plus de collaboration entre les différentes régions VECO:

Il va de soi que les grands défis de notre époque ne peuvent être résolus par le changement dans un seul pays ou une seule région. Les conséquences du changement climatique dans le secteur du riz, par exemple, nécessitent la collaboration et le partage d'expertise entre plusieurs régions. En outre, un nombre croissant d'entreprises alimentaires multinationales se penchent sur les questions de durabilité et s'engagent dans ce domaine et recherchent une coopération avec les organisations paysannes de différentes régions. Alors que certains des 14 pays dans lesquels VECO travaille sont devenus des «pays à revenu intermédiaire» (Equateur, Pérou, Vietnam, Indonésie), cela ne signifie pas nécessairement que la pauvreté globale a été significativement réduite. Dans de nombreux cas, l'écart entre les riches et les pauvres augmente en fait, car une partie seulement de la population profite de la croissance économique. Les organisations paysannes de ces pays sont désireuses de participer à des réseaux mondiaux de connaissances, tout en nécessitant souvent moins de soutien financier direct sous la forme d'investissements. Leur manque de connaissances est un obstacle majeur à la croissance que leur manque de capitaux et c'est ici que VECO peut intervenir et devenir un facilitateur de ces réseaux de connaissances.

2. VECO = son personnel

L'une des valeurs fondamentales de VECO est notre foi en notre personnel et nos bénévoles et nous sommes reconnus à juste titre pour cet état d'esprit ouvert.VECO est doté d'une expertise dans toutes nos 8 régions et à tous les niveaux de l'organisation. Ces experts ont précédemment travaillé principalement avec leurs programmes régionaux et leur expertise a rarement été exploitée pour le bénéfice de l'organisation dans son ensemble. La nouvelle organisation en réseau vise à résoudre ce problème et permettra à ces collègues compétents de passer plus de temps dans des équipes de projet internationales qui travailleront à travers les frontières. Cela pourrait se produire par exemple pour la promotion du cacao à saveur fine dans le monde, des échanges interurbains sur la façon de nourrir durablement les populations en plein essor, et dans de nombreux autres domaines et questions.

Nous constatons que les organisations innovantes se concentrent davantage sur le réseautage, l'apprentissage collectif et l'échange de connaissances, la co-création, la coopération avec des partenaires non évidents, le travail multidisciplinaire et de projet. Nous voulons relever ces défis. Nous sommes convaincus que de cette façon, nous pouvons mieux répondre aux besoins du présent et du futur. Là où la connaissance et l'expertise ne se déplacent plus dans une seule direction, du «monde occidental» aux pays en développement, elle est plutôt créée et renforcée par des échanges et une coopération.

3. La pleine participation des régions VECO à la prise de décision

Alors que l'organisation existante de VECO permet déjà une grande participation et des contributions du personnel et des organisations partenaires, nous voulons aller plus loin. L'organisation de VECO est actuellement très centralisée, les instances dirigeantes (Assemblée Générale, Conseil d'Administration et Siège) dominées par les Belges. Dans le cadre de ce modèle, les normes et les objectifs généraux du programme pour l'ensemble de l'organisation sont développés au niveau central et traduits ensuite en programmes régionaux. Nous voulons évoluer vers un pilotage véritablement international de l'organisation.

Dans ce but, VECO créera une Fondation pour l'intérêt public aux côtés de l'organisation à but non lucratif, qui sera dirigée par un conseil d'administration international, un conseil d'administration dans lequel nos bureaux régionaux sont représentés par des acteurs locaux et un bureau international équipe de gestion composée des directeurs des programmes VECO dans les différentes régions. Les équipes de projet internationales travailleront sur des sujets spécifiques pour travailler sur des objectifs communs et partageront leurs compétences, et le bureau international assumera les fonctions de support (finance, communication, support de programme, etc.). Pour le moment, ce bureau sera basé en Belgique, mais cela pourrait changer, car il sera progressivement composé de collègues des différentes régions de VECO. Notre programme en Belgique deviendra l'une des régions VECO, au même niveau que VECO dans la région des Andes, en Afrique de l'Ouest, en Indonésie et ainsi de suite.

4. De nouvelles opportunités de financement

VECO dépend actuellement principalement des subventions du gouvernement belge. D'autres gouvernements ou fondations ont souvent exprimé le souhait de soutenir directement nos programmes, et non via une entité juridique belge. Pourquoi, par exemple, une fondation australienne qui veut financer notre programme en Indonésie transfère-t-elle son argent à un compte bancaire belge et non directement à notre bureau en Indonésie? Dans notre nouvelle structure d'organisation cela sera possible. Les normes internationales d'information financière et le contrôle de la qualité continueront à être assurés par le département des finances des bureaux internationaux.

Le Nouveau VECO en un mot :

  • Une véritable organisation mondiale avec une gestion / gouvernance internationale.
  • 8 bureaux régionaux qui travailleront de manière plus indépendante tout en partageant un ADN commun, des valeurs et des stratégies de l'organisation du réseau. Nous resterons une organisation.
  • Une structure organisationnelle plus plate, avec des projets internationaux coordonnés de différentes régions.
  • Une collaboration plus active et des échanges entre collègues du monde entier.
  • Une organisation moins dépendante du financement du gouvernement belge.

Des questions ?

N'hésitez pas à contacter Madeleine (madeleine.tsimi [at] veco-ngo.org) ou Chris (chris.claes [at] veco-ngo.org)