Qu'avons-nous appris de la visite terrain ?

Qu'avons-nous appris de la visite terrain ?

24/11/2019
Bernadette Ouattara
Bernadette Ouattara
Responsible Fundraising and Communication
+226 70 26 86 96

Seule la persévérance paie en agriculture ! Un jeune agri entrepreneur doit être persévérant, avoir le courage de recommencer encore et encore, jusqu'à tenir le bon filon !

Gora Ndiaye Fondateur Ferme Kaydara

Seul est vaincu celui qui abandonne !

Au Sénégal, le réveil agricole est présent. Les jeunes ont la fougue de l’agriculture, la rage de relever les défis et le courage de se lancer. A #Kaydara, ferme école agro écologique de Fimela, une initiative à la vie est enseignée au travers d’une agriculture écologique, respectueuse de tous les composants de l’environnement. Mohamed, ancien étudiant désormais installé, nous a beaucoup marqué. De l’immigration clandestine à l’agriculture, il a décidé de repartir à zéro en devenant producteur de fruits et légumes, où il retrouve joie et autonomie. Par une approche marketing basée sur la prospection client, il parvient à écouler ses produits dans des hôtels, des restaurants et parmi les visiteurs du centre Kaydara. Chez les maraîchers du GIE de Déni Guedj Sud, d’autres jeunes se sont eux aussi lancés dans une agriculture conventionnelle, qui présente d’autres perspectives d’agrobusiness à travers l’étude de marché des sites environnants (Dakar, Thiaroye, Kermel et Castor).

L'accès au foncier, la base de tout !

A Kaydara, dans le village de Samba Dia, l’accès au foncier pour les jeunes entrepreneurs agricoles est facilité par un processus innovant. La mairie, les parents et les partenaires sont mis à contribution pour l’installation des jeunes élèves du centre Kaydara par l’octroi d’une portion de terre. Ces jeunes deviennent ainsi propriétaire terrien, statut difficile d'accès pour beaucoup de jeunes entrepreneurs en Afrique de l’Ouest. Un hectare de terre est octroyé à chaque jeune, ainsi que des semences, des pieds de cocotier et de la volaille. Ces jeunes font de la production biologique et parviennent à subvenir à leurs besoins essentiels. La difficulté d’accès à la terre cultivable due à la salinisation, conduit certains à migrer vers d’autres zones à la recherche de terres cultivables. C’est le cas des jeunes du GIE du groupe maraîcher de Déni Guedj Sud qui ont quitté les environs du lac rose pour s'installer dans la commune de Yene, à Ndokoura Peulh. A défaut d’être propriétaires de terres agricoles, ces jeunes louent 2 hectares depuis deux ans à raison de 400 000 f cfa/an pour un bail locatif de huit ans. Engagé dans la production maraîchère conventionnelle, ces jeunes diplômés espèrent rentabiliser leurs investissements

L'accès au marché : un grand défi !

Entreprendre dans l'agriculture semble aujourd'hui ouvrir de nombreuses portes aux jeunes d'Afrique de l'Ouest. Toutefois, l'accès au marché par les producteurs, tant en milieu rural qu'urbain, reste un véritable défi ! C'est ce que nous, jeunes agri-preneurs ouest africains, réunis du 21 au 25 septembre à Saly (Sénégal) pour un atelier sur l'entrepreneuriat agricole organisé par #Rilkoto, #Ypard, #FAO, avons pu comprendre. Défi illustré lors de la visite de terrain de 2 initiatives :

  • La ferme agro-écologique de #Kaydara, qui se concentre sur des stratégies de vente traditionnelle (en marchés urbains et ruraux),
  • Le Groupement d'Intérêt Économique de « Déni Guedj Sud » qui se distingue en utilisant des méthodes modernes de vente aux hôtels ou de vente avant production.

Pour nourrir le monde de demain, c'est à nous, jeunesse africaine, de nous engager dans une forme d'agriculture et d'agrobusiness innovant et #durable !

Les entrepreneurs agricoles face au défi du financement

L’accès au financement adapté pour les initiatives entrepreneuriat agricole reste un défi majeur pour les jeunes d’Afrique de l’Ouest. C’est ce que les 36 jeunes participants à l’atelier sur entrepreneuriat agricole #WAYouhthInAgric organisé conjointement au Sénégal par #FAO, #Rikolto et #Ypard, ont pu comprendre à travers les échanges avec diverses initiatives. 3 systèmes de financement ont été identifiés : l’autofinancement, les subventions et les emprunts, chacun avec ses avantages et ses limites mais pour lesquels l’apport personnel des promoteurs eux-mêmes reste déterminant.

A la ferme école agro-écologique de #Kaydara, les jeunes démarrent leur activité après 9 mois de formation avec comme capital, un hectare de terre, des pépinières de fruitiers et quelques animaux. Leurs premiers revenus leur permettent d’acquérir des équipements de production.

Au Groupement de Maraîcher de Déni Guedj Sud, les jeunes étudiants ont pu démarrer grâce à leurs apports personnels et une subvention de l’Etat. Installés sur une superficie de 2 hectares, le groupement produit essentiellement du poivron, des piments et de la papaye qu’ils parviennent à écoulent entièrement. Leurs activités prospèrent et ils arrivent à subvenir à leur besoin malgré les contraintes de financements externes.

Jeunes Agriculteurs et Agroécologie

C’est au cours de l’atelier sur l’entrepreneuriat agricole #WAYouthInAgric et de la visite d’un site exemplaire dans le domaine de l’agro-écologie, que les 36 jeunes participants ont pu faire le constat suivant : les consommateurs ouest africains se tournent de plus en plus vers des produits issus de l’agriculture biologique, tant pour leurs bénéfices sur la santé que pour leur meilleure durée de conservation. Ainsi, c’est conscient des opportunités qu’offrent cette agriculture respectueuse de l’environnement, que ces jeunes agri-preneurs se lancent désormais avec passion dans l’#agro-écologie.

Ils appliquent des pratiques qui leur permettent de raccourcir le cycle des arbres fruitiers, de protéger le sol tout en diversifiant leurs sources de revenus, des pratiques de fertilisation peu onéreuses et très efficaces.