Vers un revenu de subsistance pour les producteurs de cacao en Côte d'Ivoire : les premiers résultats

Vers un revenu de subsistance pour les producteurs de cacao en Côte d'Ivoire : les premiers résultats

12/05/2022
Shannon de Man
Communications intern
Pour un revenu décent pour les producteurs de coton en Côte d'Ivoire

Près de 70% des producteurs de Côte d'Ivoire dépendent de la production de cacao, selon l'Institut Royal des Tropiques des Pays-Bas (KIT). Cependant, les producteurs ne dégagent pas de revenu vital, c'est-à-dire le revenu annuel net nécessaire pour qu'un ménage puisse s'offrir un niveau de vie décent. Pour y parvenir, il ne suffit pas de payer le prix de référence du revenu vital pour le cacao. Les producteurs ont besoin d'être soutenus pour diversifier leurs revenus et adopter de bonnes pratiques agricoles.

Rikolto s'est associé à Colruyt Group, Entreprise Coopérative de Saint Paul (ECSP), Puratos, Access Agriculture, Agro Insight, l'Université de Gand et Fairtrade Belgium pour ce projet qui s'étend de 2020 à 2023. Avec le financement d'IDH - dans le cadre de l'initiative Beyond Chocolate - nous développons conjointement une approche intégrée vers un revenu vital. Nous prenons en compte six paramètres, dont l'amélioration de la productivité et de la qualité, la diversification des revenus, l'accès au financement, l'agroforesterie et un prix décent pour le cacao, et nous les testons afin d’identifier ceux qui sont cruciaux pour parvenir à un modèle viable de revenu vital pour les agriculteurs. Un an après le début du projet, nous faisons le point sur les premiers résultats.

"Je crois en l'importance de combler l'écart de revenus"

"Nous pouvons vraiment faire la différence pour combler l'écart de revenu de subsistance en nous appuyant sur notre expérience de plus de 40 ans. Actuellement, le rendement ?? venu moyen de la production de cacao est d'environ 500 kg/ha alors qu'il devrait être d'environ 800 kg/ha pour que les agriculteurs aient un revenu de subsistance. C'est pourquoi je pense que ce projet est trèssi important."
Alphonse AMANI Coordinateur du programme national chez Rikolto

De nombreux producteurs de cacao ont doivent recoursir à de mauvaises pratiques telles que la déforestation et le travail des enfants pour pouvoir générer des revenus suffisants. Près de 14 000 hectares de forêt ont été détruits au Ghana et en Côte d'Ivoire à cause de la production de cacao. Rikolto, en collaboration avec les partenaires du projet "Beyond Chocolate", souhaite aider les producteurs de cacao à améliorer leurs revenus, tant par la production de cacao que par la diversification des revenus.

"Avec notre prime, nous comblons l'écart entre le prix officiel à la production et le prix de référence du revenu vital. Dans le cadre du projet Beyond Chocolate, nous avons lancé une barre de chocolat produite à partir de cacao de Côte d'Ivoire. Cette barre de chocolat est disponible dans les magasins Colruyt, Spar et Okay du groupe Colruyt en Belgique. Nous sommes fiers de dire que, grâce à ce projet, nous faisons pression pour que les producteurs de cacao aient un revenu vital. "
Karen Janssens Expert Sustainable Sourcing chez Colruyt Group

102 producteurs de cacao sont impliqués dans ce projet grâce auquel ils vendent leur cacao à prix préférentiel au Colruyt Group qui le transforme en barres de chocolat. Ces producteurs, reçoivent, en effet, des primes en plus du prix bord champ ? fixé par le Conseil Cacao - Café en Côte d'Ivoire : une prime de commerce équitable et des primes Cocoa Trace. En outre, le groupe Colruyt s'est engagé à verser une prime supplémentaire aux agriculteurs afin qu'ils gagnent suffisamment pour s'offrir un niveau de vie décent. Une analyse a montré que les agriculteurs qui participent au projet ont gagné environ 30 % de plus que le prix du cacao à la ferme en Côte d'Ivoire pendant la saison 2020-2021.

"Je ne savais pas que je pouvais gagner de l'argent en fournissant des services aux agriculteurs"

À Daregba et Colonel, 68 producteurs ont jusqu'à présent bénéficié de divers services de gestion agricole tels que la taille et la pulvérisation par des unités de prestataires de services agricoles, dirigées par des jeunes de la région. Selon les producteurs, ces services sont professionnels, abordables et accessibles à tous les agriculteurs, qu'ils soient issus ou non des communautés. 56 jeunes sont impliqués ou employés dans ces unités de services. Ils ont été formés pour fournir des services agricoles professionnalisés pour lesquels ils perçoivent un revenu. En ouvrant des possibilités d'emploi dans ces communautés, nous espérons contribuer à réduire à long terme le travail des enfants et la migration des jeunes vers les villes. "Je ne savais pas qu'il y avait de l'argent à gagner en fournissant des services aux cultivateurs de cacao, à l'intérieur et à l'extérieur de notre communauté. Grâce au projet, nous gagnons maintenant de l'argent et nous n'avons pas besoin de nous rendre dans les grandes villes à la recherche d'un emploi." confie Yao Kouakou Wilfred, entrepreneur et également secrétaire d'une unité de prestataires de services à Colonel.

"Nous avons beaucoup appris des succès et des échecs des projets précédents"

Le centre de séchage de Daregba est en construction

Le projet a établi quatre parcelles de démonstration à Daregba et à Colonel. Ces parcelles servent de salles de classe en plein air grâce auxquelles les agriculteurs peuvent être formés aux bonnes pratiques agricoles, afin qu'ils puissent produire le rendement cible de 800 kg/ ha. Aujourd'hui, 90 participants ont été formés à la manipulation (post-)récolte du cacao dans les communautés situées sur les parcelles de formation. En outre, une formation au compostage est proposée aux agriculteurs. Cependant, la production de compost est faible car les communautés manquent d'équipement pour briser les cabosses de cacao en petits morceaux nécessaires. "Rikolto a beaucoup appris des réussites et des échecs des projets précédents, comme les activités précédentes au Ghana. Les connaissances acquises peuvent contribuer à une orientation stratégique efficace dans ce projet", selon Alphonse Amani, coordinateur du programme national de Rikolto. Le projet va maintenant travailler avec une unité de service dirigée par des jeunes dans chaque communauté pour créer une entreprise de compostage. Ainsi, la qualité des fèves de cacao s'est déjà améliorée. Des centres de fermentation et de séchage centralisés ont été construits à Colonel, mais le centre de fermentation et de séchage de Daregba a été retardé en raison de l'accès au terrain. Rikolto, soutenu par l'ECSP, a négocié avec le chef du village Gre-leon pour l'accès. La construction a commencé en janvier 2022 et devrait être terminée en juin 2022. À ce moment-là, les femmes seront également formées aux processus de fermentation et de séchage. En 2021, 7 différentes vidéos de formation d'agriculteur à agriculteur ont été traduites dans les deux principales langues locales, le Baoule et le Dioula. Ces vidéos ont été projetées aux agriculteurs des deux communautés afin de les rendre disponibles et accessibles aux agriculteurs. 98 agriculteurs ont participé au projet et ont fait un rapport positif sur l'initiative, mais certains se sont inquiétés de la connexion internet nécessaire pour regarder les vidéos.

"Le marché de la région est un facteur très important"

88 agriculteurs de Daregba et de Colonel ont été formés aux bonnes pratiques agricoles pour la production de manioc, ce qui a permis jusqu'à présent de produire deux hectares. Les participants ont déclaré s'être sentis soutenus dans l'acquisition de matériel de plantation de qualité pour établir des exploitations de manioc. Ces variétés sont à haut rendement et résistantes aux maladies. Chaque communauté a reçu un tricycle et une machine de traitement du manioc pour faciliter la récolte et le traitement.

En général, les femmes s'occupent de la production de manioc et les hommes de la production de cacao. Les deux groupes ont été encouragés à diversifier leurs possibilités de production et leurs sources de revenus. Ils peuvent par exemple produire de la volaille, des fruits et des légumes. Les types de culture dépendent de la région, explique Alphonse Amani : "La qualité du sol est un facteur très important dans la décision, tout comme le marché de la région. Par exemple, de nombreux agriculteurs cultivent le manioc car il est l'ingrédient clé de deux plats importants en Côte d'Ivoire : l'Attiéké et le Plakali." Deux motopompes installées pour réguler l'irrigation des fruits et légumes ont également contribué à diversifier les sources de revenus. Callivoire, une entreprise d'intrants agricoles, partage son savoir-faire technique. L'entreprise analysera également le sol et recommandera des types de cultures aux agriculteurs, qui ont commencé à planifier et à préparer la construction de poulaillers dans les communautés également.

"Nous pouvons maintenant parler librement de l'argent et des questions sociales"

"Pendant ma visite, Rikolto, Puratos et l'ECSP ont pu se réunir pour réfléchir à certains aspects du projet. Cela comprenait par exemple certains problèmes liés à la lenteur de la livraison de cacao frais au centre de fermentation et de séchage de Colonel."
Raphael Audoin-Rouzeau Responsable mondial de l'approvisionnement en cacao de Puratos

Raphael Audoin-Rouzeau, le responsable mondial de l'approvisionnement en cacao de Puratos en Belgique, s'est rendu à Daregba et Colonel pour établir des liens avec les parties prenantes et interagir avec les agriculteurs.

Abdulahi Aliyu, directeur du programme mondial du cacao de Rikolto, a également visité les communautés du projet pour suivre l'évolution du projet et interagir avec les agriculteurs et l'ECSP sur les défis du projet et convenir d'une voie à suivre. "Les agriculteurs ont suggéré certains problèmes à régler, comme la livraison du cacao aux centres de fermentation, la construction de poulaillers et la nécessité de faire bon usage des équipements."

Rikolto s'associe à HES Finance pour sensibiliser les agriculteurs aux possibilités d'investissement dans leurs communautés. Des associations villageoises d'épargne et de crédit (AVEC) sont mises en place et reliées à des institutions financières afin de présenter les agriculteurs aux banques pour qu'ils aient accès à des options de financement moins coûteuses. Les AVEC permettent aux agriculteurs d'utiliser leurs économies pour se prêter de l'argent entre eux. Les sept AVEC ont mobilisé un total de 3 424 976 francs CFA dans le cadre du projet. Le premier cycle du projet s'achèvera en mai 2022, mais les membres peuvent commencer de nouveaux cycles s'ils le souhaitent. "Grâce aux AVEC, nous sommes maintenant des amis qui se rencontrent régulièrement pour parler librement d'argent et de questions sociales au sein de la communauté", déclare le cacaoculteur Pargo Moumony. 198 personnes, dont 43% de femmes, sont engagées dans des AVEC.

Vous voulez en savoir plus sur notre projet cacao ? Contactez Alphonse Amani. alphonse.amani [at] rikolto.org