les OP de riz accèdent à une part importante des marchés institutionnels au Mali

les OP de riz accèdent à une part importante des marchés institutionnels au Mali

Les riziculteurs Maliens s'organisent pour mieux tirer profit des achats institutionnels de riz

Contexte

Champ de riz au Mali

Le riz est devenu un aliment de base au Mali, avec une consommation annuelle qui est passée de 13 kg/pers/an en 1960 à 97 kg/pers/an en 2017. Il représente à ce jour 30% du total des céréales produites. La culture occupe environ 190.000 exploitations agricoles familiales.

L’Initiative riz, mise en œuvre par le Gouvernement en 2008, perçue par les autorités et les producteurs comme une grande innovation de promotion de la filière riz, a cependant manqué de mettre une emphase importante sur la commercialisation de la production. L’accroissement de la production et de la productivité ainsi favorisé ne s’est pas traduite par une amélioration significative des revenus des producteurs. L’inorganisation du marché a conduit à la mévente ou au bradage des produits à des commerçants généralement peu soucieux de l’amélioration des conditions de vie des producteurs.

Pour soutenir la commercialisation du riz local, l’Etat à travers le Comité à la Sécurité Alimentaire/Office des Produits Agricoles du Mali (CSA/OPAM) a décidé, au cours de la campagne 2014-2015, d’acheter 25 000 tonnes de riz pour reconstituer la part du riz blanc dans le stock national d’intervention. Il a ouvert 50% de ce marché aux organisations de producteurs. La PNPR-M, pour participer à l’expérience, s’est fixée comme mission :

  • d’accompagner les riziculteurs au niveau des bassins de production, à préparer des offres de stocks conséquents répondant aux normes et critères d’achat de l’Etat ;
  • de conduire un plaidoyer pour formaliser cette initiative.
Achat institutionnel

Des résultats intéressants....

La première opération d’achat institutionnel a permis d’écouler tous les stocks paysans et d’obtenir des prix rémunérateurs : tous les producteurs, qu’ils soient ou non impliqués dans les achats, en ont tiré des bénéfices importants : prix d’achat au producteur variant entre 300 à 325FCFA dans toutes les bassins de production de riz contre un prix moyen de 265 CFA sans l’opération achat institutionnel.

Les Organisations de Producteurs ont ainsi mobilisé 1.458.123.500 CFA pendant la campagne 2014-2015 et 1.461.175.000 pendant la campagne 2015-2016. Un partenariat stratégique a été établi entre la PNPR-M, le CSA et les autres acteurs institutionnels impliqués.

Depuis 2019, ces principaux résultats ont été enregistrés :

La distribution d’au moins un milliard de francs CFA CFA par an dans les zones de production depuis le démarrage de l’opération : en 2019, les OP ont livré 3500 Tonnes sur 5000 tonnes d’offre de l’Etat, soit 70%. Le reste a été livré par les commerçants, soit 30%. En somme, les membres de l’IFRIZ ont réalisé un chiffre d’affaires de 2.408.397 euros pour 5000 tonnes de riz blanc, en honorant 100% de leurs engagements contractuels contre environ 40% pour les opérations précédentes. En 2020, sur 3027 tonnes de riz livrées, dont la valeur monétaire est de 1.477.500 euros, les OP ont livré 1750,2 tonnes. Il faut rappeler que Rikolto accompagne les OP et les commerçants à participer à l’opération à travers la PNPRM et l’IFRI ;

La professionnalisation des acteurs qui respectent de plus en plus leurs engagements contractuels ;

La visibilité et la légitimité des organisations Interprofession Riz et PNPR auprès de leurs membres individuels et leurs Organisations ;

La naissance de la confiance entre certaines OP et leurs banques à travers l’obtention des contrats de fourniture ;

Le renforcement des capacités d’organisation, de représentation et de participation des femmes aux prises de décisions des achats institutionnels grâce à leur participation à la fourniture des stocks, d’où un leadership féminin affirmé permettant aux femmes d’apporter leur contribution à la résolution des problèmes de gouvernance de la filière riz en termes de choix de la consommation du riz local ;

L’amélioration du prix d’achat au producteur dans tous les bassins de production du riz où les commerçants ont effectué leurs achats : de 250 CFA /kg (avant l’achat) à entre 275 à 310 CFA/kg (avec l’achat). Cela a permis à beaucoup de producteurs d’avoir de meilleurs prix sans participer à l’opération ;

Le respect des engagements contractuels à hauteur de près de 90% (87,5%) par les OP contre 50% au démarrage de l’action ;

La mise en place d’une ligne de financement de 800 millions par Orabank pour tous les fournisseurs de l’achat institutionnel au profit de l’IFRIZ couvrant 80% des besoins des membres de l’IFRIZ contre 10% au début de l’opération ;

L’existence d’un avant-projet de Loi élaboré par la PNRM pour l’institutionnalisation de l’opération d’achat institutionnel ;

La mise en place d’un système de prélèvement en faveur de l’IFRIZ en vue d’une autonomisation de cet outil de coordination verticale de la filière riz. Ce système de prélèvement a inspiré d’autres interprofessions au Mali notamment l’interprofession maïs. Aussi, l’IFRIZ a commandité une étude pour explorer l’ensemble des possibilités de prélèvement en sa faveur pour assurer une meilleure coordination de la filière, et aussi, faire la promotion du riz local ;

La diffusion à grande échelle du Système de Riziculture Intensif (SRI) combiné aux bio fertilisants dans les différents systèmes de production du Mali par la PNPRM. Au départ, les interventions ciblaient les zones irriguées. Pour atteindre plus de membres bénéficiaires notamment les femmes et les jeunes par cette action, les interventions de 2020 ont été orientées vers les systèmes de bas-fonds et pluvial qui sont exploités en majorité par les femmes et les jeunes ;

La prise en compte du riz local dans la réponse alimentaire du COVID-19 au Mali via le plaidoyer du projet : les achats destinés au stock de sécurité alimentaire de l’Etat en réponse au COVID-19 ont concerné le riz local.

.

...Des contraintes majeures ayant émaillé la mise en oeuvre du projet :

En dépit de ces acquis, des contraintes ont été enregistrées parmi lesquelles :

  • l’inadéquation du système de paiement mis en place par l’OPAM (système de paiement par tirage chaque fois que 3000 tonnes sont livrées),
  • l’insuffisance de synergie d’actions entre les acteurs,
  • l’absence de fonds de roulement disponibles pour les OP pour constituer les stocks, résultat de la non implication des banques,
  • le non-respect des clauses contractuelles par certaines OP,
  • la faible implication de la PNPR-M au début de l’opération par la CSA/OPAM ce qui n’a permis de négocier les clauses contractuelles à l’avantage des producteurs.

Par ailleurs, l’absence d’une stratégie efficace de déstockage des stocks constitués par l’OPAM, et l’importation non contrôlée du riz ont freiné la mise en marché des stocks constitués lors de cette phase. Cette situation a conduit l’OPAM à suspendre l’opération pendant la campagne 2016-2017.

Le présent projet est mis en oeuvre pour appuyer les acteurs concernés à trouver des solutions idoines à chaque défi énoncé ci-dessus. Il s’inscrit dans le programme 2017-2021 d’appui à la compétitivité du riz en Afrique de l’ouest, mis en œuvre par Rikolto au Mali, en particulier dans l’intervention : « Institutionnaliser l’achat institutionnel du riz local ».

Défis

SRP_15
  • Une meilleure organisation des offres dans les bassins de production : actuellement les OP sont incapables de donner les statistiques exactes des stocks disponibles, ni des endroits où les trouver ;
  • Trouver une solution durable au financement du dispositif en vue de sa pérennisation : par manque d’implication des banques, les OP n’ont pas pu obtenir les fonds nécessaires pour procéder à la collecte de la production des membres lors de la phase test ;
  • Définir et mettre en oeuvre une stratégie de déstockage plus efficace des quantités détenus par l’OPAM ;
  • l’opération mérite d'être formalisée pour permettre qu’elle constitue à termes, un bon levier pour l’accès au marché des OP.

Nos Stratégies

  • Renforcer le positionnement de la Plateforme des organisations de producteurs de riz en tant qu’acteur au centre du dispositif d’achat institutionnel au Mali : appui à la PNPRM à mieux coordonner la participation des OP dans le programme d’achat institutionnel du Mali (formation/information, sélection des OP participantes, négociation des contrats, conduite du plaidoyer en faveur de la formalisation de l’initiative, mise en place d’un système de prélèvement pour financer les services rendus aux membres dans le cadre des achats institutionnels, motivation des cantines scolaires et casernes militaires à s’approvisionner auprès de l’OPAM et faciliter ainsi le déstockage du riz déjà emmagasiné).
  • Appuyer la digitalisation de la collecte des données et de suivi des stocks des OP dans les bassins de production : collecter des informations fiables, à temps, auprès des OP, est essentiel pour la réussite de l’opération. L’existence de données fiables permet de faciliter les négociations entre les OP et leurs clients. Rikolto va appuyer la PNPRM à mettre en place d’un dispositif fiable et rapide de collecte, traitement et stockage de données, qui serviront dans les négociations et prises de décision.
  • Appuyer la mise en place d’un pool bancaire pour permettre aux OP d’accéder à temps au crédit pour constituer leurs stocks : les phases test ont montré qu’un accès au crédit en temps opportun est essentiel pour la réussite de l’opération d’achat institutionnel par les OP. Rikolto soutiendra la constitution d’un pool bancaire pour soutenir la mise en place d’un mécanisme de financement durable de l’initiative des OP.

Le rôle de Rikolto

  • faciliter la contractualisation de l’OP avec ses clients ;
  • appuyer la mobilisation des institutions financières ;
  • l’animation de la réflexion stratégique pour l’orientation des actions du projet ;
  • le soutien au plaidoyer de la PNPRM ;
  • l’appui à la mise en place du dispositif numérique de collecte des statistiques des membres de la PNPRM ;

  • la facilitation de processus multi-acteurs

  • la coordination du projet à travers l’organisation du suivi-évaluation, de la capitalisation et du rapportage.

Résultats attendus

  • Les intérêts des OP sont mieux pris en compte dans les contrats proposés par l’OPAM et autres acheteurs institutionnels
  • La faîtière est devenue un acteur plus crédible aux yeux des autres acteurs
  • La faîtière et ses membres sont mieux outillés pour négocier la vente de leur production
  • L’offre et la demande de riz local ont augmenté
  • L’achat institutionnel est institutionnalisé

Cela se traduira par les faits suivants :

  • les OP ont une part de marché de 70 % du marché total de l’achat institutionnel
  • 100% des contrats des OP impliquées dans l’opération d’achat institutionnel sont bien menés à terme
  • 10000 T de riz vendus par les OP à travers les contrats d’achat institutionnel
  • 80% des besoins en fonds de roulement des OP impliquées dans l’achat institutionnel satisfaits
  • l’Etat prend un acte administratif instituant l’achat institutionnel du riz local auprès des OP
  • La PNPRM adopte et applique un système de prélèvement

Groupes cibles

  • 20 000 petits exploitants regroupés au sein de 200 organisations de producteurs membres de 16 faîtières
  • 103.993 consommateurs
  • 16 unités de transformation appartenant aux OP ou à des privés

Zone d'intervention

Pays : Mali

Régions de Ségou, Sikasso, Mopti

Durée du projet

30 mois : 1er juillet 2018 au 31 décembre 2020

Les intérêts des OP sont mieux pris en compte dans les contrats proposés par l’OPAM et autres acheteurs institutionnels

La part des OP dans l’opération d’achat institutionnel par rapport à l’offre globale est passée de 25% en début 2017 à 70% en 2019. Sur 5000 tonnes à fournir par l'IFRIZ à l'OPAM, les OP ont fourni 3500 Tonnes au total au cours de la campagne 2018-2019.

Les principaux résultats obtenus par le projet à partir de 2019 se résument comme suit :

La distribution d’au moins un milliard de francs CFA CFA par an dans les zones de production depuis le démarrage de l’opération : en 2019, les OP ont livré 3500 Tonnes sur 5000 tonnes d’offre de l’Etat, soit 70%. Le reste a été livré par les commerçants, soit 30%. En somme, les membres de l’IFRIZ ont réalisé un chiffre d’affaires de 2.408.397 euros pour 5000 tonnes de riz blanc, en honorant 100% de leurs engagements contractuels contre environ 40% pour les opérations précédentes. En 2020, sur 3027 tonnes de riz livrées, dont la valeur monétaire est de 1.477.500 euros, les OP ont livré 1750,2 tonnes. Il faut rappeler que Rikolto accompagne les OP et les commerçants à participer à l’opération à travers la PNPRM et l’IFRI ;

La professionnalisation des acteurs qui respectent de plus en plus leurs engagements contractuels ;

La visibilité et la légitimité des organisations Interprofession Riz et PNPR auprès de leurs membres individuels et leurs Organisations ;

La naissance de la confiance entre certaines OP et leurs banques à travers l’obtention des contrats de fourniture ;

Le renforcement des capacités d’organisation, de représentation et de participation des femmes aux prises de décisions des achats institutionnels grâce à leur participation à la fourniture des stocks, d’où un leadership féminin affirmé permettant aux femmes d’apporter leur contribution à la résolution des problèmes de gouvernance de la filière riz en termes de choix de la consommation du riz local ;

L’amélioration du prix d’achat au producteur dans tous les bassins de production du riz où les commerçants ont effectué leurs achats : de 250 CFA /kg (avant l’achat) à entre 275 à 310 CFA/kg (avec l’achat). Cela a permis à beaucoup de producteurs d’avoir de meilleurs prix sans participer à l’opération ;

Le respect des engagements contractuels à hauteur de près de 90% (87,5%) par les OP contre 50% au démarrage de l’action ;

La mise en place d’une ligne de financement de 800 millions par Orabank pour tous les fournisseurs de l’achat institutionnel au profit de l’IFRIZ couvrant 80% des besoins des membres de l’IFRIZ contre 10% au début de l’opération ;

L’existence d’un avant-projet de Loi élaboré par la PNRM pour l’institutionnalisation de l’opération d’achat institutionnel ;

La mise en place d’un système de prélèvement en faveur de l’IFRIZ en vue d’une autonomisation de cet outil de coordination verticale de la filière riz. Ce système de prélèvement a inspiré d’autres interprofessions au Mali notamment l’interprofession maïs. Aussi, l’IFRIZ a commandité une étude pour explorer l’ensemble des possibilités de prélèvement en sa faveur pour assurer une meilleure coordination de la filière, et aussi, faire la promotion du riz local ;

La diffusion à grande échelle du Système de Riziculture Intensif (SRI) combiné aux bio fertilisants dans les différents systèmes de production du Mali par la PNPRM. Au départ, les interventions ciblaient les zones irriguées. Pour atteindre plus de membres bénéficiaires notamment les femmes et les jeunes par cette action, les interventions de 2020 ont été orientées vers les systèmes de bas-fonds et pluvial qui sont exploités en majorité par les femmes et les jeunes ;

La prise en compte du riz local dans la réponse alimentaire du COVID-19 au Mali via le plaidoyer du projet : les achats destinés au stock de sécurité alimentaire de l’Etat en réponse au COVID-19 ont concerné le riz local.

La faitière est devenue un acteur plus crédible aux yeux des autres acteurs

100% des contrats des OP impliquées dans l’opération d’achat institutionnel sont bien menés à terme en fin de campagne 2018-2019 atteignant déjà la cible visée en fin de projet.
Les prévisions pour 2019 étaient fixées à 90%.

La faitière et ses membres sont mieux outillés pour négocier la vente de leur production

3500 tonnes de riz ont été vendus par les OP à travers les contrats d’achat institutionnel contre un seuil attendu de 6200 Tonnes en fin de campagne 2018-2019. L'écart s'explique par le fait que l'OPAM n'a octroyé à l'interprofession qu'un marché de 5000 T qui a été réparti entre les acteurs des différents maillons : les OP se sont vu attribuer 3000 T et les commerçants 2000 T. Du fait d'un retard accusé par les commerçants, les OP ont obtenu 500 T en plus des 3000 initiaux.

L’offre et la demande de riz local ont augmenté

L’achat institutionnel est institutionnalisé

Une stratégie de mobilisation des banques pour faire partie du pool bancaire a été définie en 2017.

Sur une prévision de 60%, 30% des OP ont pu mobiliser leurs fonds de roulement, Cependant le pôle bancaire n’est pas encore mis en place.
Cela est dû au fait que les contrats ont été signés après la récolte avec un délai d’exécution immédiat de 45 jours. Le délai imparti et les prix du riz dans les zones de production n’ont pas permis la constitution d’un pool bancaire pour soutenir l’opération. Selon le plan d’affaire de l’opération 2018 pour IFRIZ, tenant compte des prix proposés par les membres de l’IFRIZ / PNPRM et les prix acceptés par l’OPAM, les taux d’intérêt des banques ne pouvaient pas être couverts par l’IFRIZ.

PNPRM (Plateforme nationale des producteurs de riz du Mali)

Personne de contact : Seydou KEITA Email : pnprmali@orangemali.net ; seydou_keita@yahoo.fr

Interprofession de la Filière Riz du Mali (IFRIZ)

CFSI /FDF

€ 45735.00

Isabelle Duquesne

Email : duquesne [at] cfsi.asso.fr

Coopération belge (DGD)

€ 71617.00